Journal du 20 aout 1939

Légende
en noir :
texte manuscrit original rédigé par J. Auboyer
en rouge (ou barré) :
corrections, par rapport au manuscrit original, portées par C. Marcel-Dubois et l’abbé Falc’hun en vue d’une publication
en vert :
informations données par l’éditeur
en bleu :
mention des photos par l’éditeur

Journée 37 / 20 août – Châteauneuf-du-Faou Gouézec

Aujourd’hui nous sommes retournés à Gouézec où nous avons enregistré, photographié et pris des notations musicales et linguistiques [chant 168 (F. Caro), 169 (F. Caro), 170 (L. et M-J. Le Rognant) et 171 (L. Le Rognant)]. Nous avons pris en particulier Mme Caro (photo 1), M. et Mme Le Rognant (photos 2 et 3). Ces deux derniers ont chanté en alternant ce qu’ils appellent déchanter et chanter"chanter et déchanter", en breton "kana ha diskana" (correction par l’abbé Falc’hun) ; ils nous ont raconté que c’était une formule courante pour les marches et qu’un ivrogne invétéré du pays ne consentait à rentrer chez lui que si sa femme l’accompagnait en "déchantant".

Mme Caro qui a longtemps habité Braspartz nous raconte que le 1er samedi de mai, jour du pardon de saint Guénolé, les jeunes donnaient une branche de mai aux jeunes filles qui leur offraient en échange une tasse de café ; elle se rappelle parfaitement qu’à Braspartz c’était une branche de mai collective qui était accrochée dans les halles et qui était accompagnée d’une pancarte disant "Honneur aux jeunes filles de Braspartz". Cette coutume s’observait couramment il y a environ 45 ans ; Mme Caro note en passant que l’ensemble des réjouissances étaient beaucoup plus gaies à Braspartz qu’à Gouézec. Mme Caro et Mme Le Goff ne sont pas d’accord au sujet du 1er mai : la première n’a jamais vu cette coutume observée à Gouézec tandis que la seconde (qui en est originaire) dit que cela s’y faisait aussi autrefois.

Mme Le Goff nous dit que (de même qu’à Surzur),qu’ il y a pour la veillée des morts des prieurs et des diseuses de grâces (grasou) ; il y a, en plus des ensevelisseurs que l’on prend obligatoirement, des ensevelisseuses pour les défuntes ; Mme Caro est une ensevelisseuse.

Ayant été retenue s à dîner par M. et Mme Le Goff, M. Le Goff nous apprenddit encore que l’on appelle "Rouzic " les régions de Pleyben, Châteaulin et plus particulièrement Braspartz, et "Glazic " les régions d’Edern, Quimper, et Briec, jusqu’aux confins bigoudens. Rouzic signifie brun, roux et vient de la couleur brune des vestes que portaient les habitants des régions que l’on a désignées, par extension, par cet adjectif ; ces vestes étaient ornées de boutonnières et de soutaches vertes. Actuellement les Rouzic portent le costume noir. Glazic signifie bleu et fait allusion à la couleur bleue des costumes des habitants des régions déjà mentionnées. Les couleurs de Gouézec étaient le vert et le violet.

Après le dîner nous avons terminé les enregistrements de M. Le Goff [et de sa femme, chant 167 (Mme Le Goff)] qui nous a chanté des chansons traditionnelles qu’il a apprises traditionnellement et oralement. [chant 172 (Y. Le Goff), 173 (Y. Le Goff), 175 (Y. Le Goff)]

[Une personne de Pleyben qui se trouvait visiblement chez M. Le Goff a chanté le chant 174, sans décliner son identité]

Lieux
  • Châteauneuf-du-Faou
  • Gouézec
Galerie
  1. Mme Caro, née Françoise Kerguélen ; 20 août à 17h30 ; Gouézec ; [photo originale 362]
  2. M. Laurent Le Rognant ; 20 août à 17h30 ; Gouézec ; [photo originale 359]
  3. Mme Marie-Jeanne Le Rognant ; 20 août à 17h30 ; Gouézec ; [photo originale 363]

Journaux de route
Juillet 1939
L M M J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Août 1939
L M M J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
© MuCEM 2014 | Fait avec Pleade