Journal du 29 juillet 1939

Légende
en noir :
texte manuscrit original rédigé par J. Auboyer
en rouge (ou barré) :
corrections, par rapport au manuscrit original, portées par C. Marcel-Dubois et l’abbé Falc’hun en vue d’une publication
en vert :
informations données par l’éditeur
en bleu :
mention des photos par l’éditeur

Journée 15 / 29 juillet – Brandérion Languidic, Le Baudry, Quinipily

En vue de la fête de demain, nous avons été à la recherche de deux sonneurs de biniou et bombarde qui nous avaient été signalés et que nous désirions filmer et enregistrer. Pour les trouver nous avons dû aller d’abord à Languidic puis au Baudry.

A Languidic, M. l’abbé Le Bouil nous donne des renseignements intéressants sur la région : avant d’habiter une maison neuve, on égorge un coq et on arrose le sol de la maison avec son sang ; M. Le Bouil précise qu’il connaît des personnes du bourg qui n’habiteraient jamais dans une maison neuve où l’on n’aurait pas fait ce rite ; pourtant, de plus en plus, on procède à la bénédiction de la maison, mais alors sans faire l’arrosage avec le sang de coq. On signale les auberges par une boule de gui au dessus de la porte. Dans toute la région on offre du grain au moment du pardon de Notre Dame des Fleurs, en général un "mino" (un sac qui pèse 50 livres) ; l’annonce de cette offrande est faite en chaire, on remet l’argent au curé qui le verse à l’entretien de l’église et pour les pauvres. A sainte Avoie on offre des poulets blancs (exclusivement) pour le pardon à la place du grain. En ce qui concerne les mariages, on n’observe plus aucune des particularités recueillies à Surzur mais on danse devant les débits. Au sujet de ces renseignements M. l’abbé Falc’hun nous signale qu’au Léon on incorporait à la maçonnerie un chat ou un crapaud vivant et il pense qu’on pourrait encore trouver un maçon qui l’a fait ou vu faire. La bonne du presbytère de Languidic dit qu’à Pontivy, on offre un repas de fin de construction de la maison aux maçons.

Nous avons ensuite été au Baudry à la recherche du sonneur de biniou Le Mouilleür Mouillour [dont le nom est bien "Mouillour" et non "Le Mouillour", mais cela n’a pas été corrigé par l’abbé Falc’hun qui l’a pourtant écrit sans "Le" sur son propre carnet de terrain], neveu de Loeïz Herrieu. Il n’était pas chez lui, mais sa mère nous a reçus ; elle nous a raconté que son père était sonneur professionnel et que ce métier avait à ce moment mauvaise réputation ; sa mère aurait cru se damner si elle avait épousé un tel homme aussi lui fit-elle promettre qu’il ne jouerait plus ; il lui promis ; avant leur mariage, il sonnait à un mariage une noce le jour de la déclaration de guerre de 1870 ; en l’apprenant, il jeta sa bombarde par dessus la chapelle et avant de se marier, il donna l’autre à un de ses amis. Or sa fille, Mme Le Mouilleür Mouillour actuelle a retrouvé ces deux instruments, celui l’un qui avait été jeté par dessus la chapelle entre les mains d’un vieux berger qui en savait la provenance et l’avait réparé, l’autre chez un voisin et son fils Noël les conserve pieusement étant sonneur lui-même.

Pour trouver Noël Le Mouilleür [Mouillour] nous avons dû aller à une manufacture de papier au-delà de Baudry où il est actuellement ouvrier ; il viendra demain avec son compagnon Danvic, joueur de bombarde, habitant de Saint Barthélemy.

En revenant à Brandérion nous avons fait un détour pour voir la "Vénus" de Quinipily (cf. Guide bleu "La Bretagne", 1929, p. 546) ; c’est une statue (photo 1) de style égyptien érigée sur un très haut socle portant des inscriptions romaines ou pseudo-romaines (Venus armoricum) et du XVIIe siècle (1696 AD.) ; son socle était traversé par une source qui alimentait un bain situé en dessous ; la construction actuelle semble dater du XVIIe siècle, la statue doit être une copie de la copie d’une statue d’Isis. La légende racontée par le guide bleu nous l’ a été textuellement répétée par l’abbé Le Bouil.

Lieux
  • Brandérion
  • Languidic
  • Le Baudry
  • Quinipily en Baud
Galerie
  1. statue de la Venus Armoricum de style égyptien, mentionnée dans le Guide bleu de la Bretagne (éd. 1919, p. 546), datant de 1696 ; 29 juillet à 12h45 ; Baud ; Quinipily ; [photo originale 182]

Journaux de route
Juillet 1939
L M M J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Août 1939
L M M J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
© MuCEM 2014 | Fait avec Pleade